Vous êtes ici : Accueil | Urbanisme

Le mourre de Sève : informations sur les travaux de recherche en cours

Maeva SERIEYS (1), Pascal MARROU (2), avec la collaboration d'Aurélien CREUZIEUX (3), Benjamin GIRARD (4), Réjane ROURE (5).

Dans l'article que nous avions publié dans le n°23 de la revue Etudes Sorguaises en 2012 (Marrou 2012), qui faisait un bilan provisoire des recherches conduites sur le Mourre de Sève en 1974 puis de 1978 à 1986, nous annoncions la reprise des recherches, non pas sur le terrain mais en laboratoire, afin de publier les résultats des fouilles restés jusque-là inédits.

Lire la suite...

L'abattoir, sa création

Depuis des siècles, la communauté possédait une halle où, quelques années avant 1789, elle avait aménagé un local servant au débit de viandes. Dans le langage des métiers, ce lieu s'appelait une tuerie (1) ou écorcherie. Il était situé place « Parmentier » proche de la maison commune. (2) En 1793, elle le vendit.

Lire la suite...

Le palais des Papes de Sorgues

Par Guilhem BARO

Cette publication s'inscrit dans le cadre de deux diagnostics d'archéologie préventive réalisés en avril et juin 2013 à Sorgues au lieu-dit «Le Château ». Cette appellation renvoie à l'ancien palais des papes construit par Jean XXII de 1318 à 1324.

Lire la suite...

Quartiers Sud de Sorgues

Le canal Crillon forme la limite Sud de Sorgues-Le Pontet où se trouvaient des familles bien souvent employées et logées par la PNS (Poudrerie Nationale Sorgues), quartiers de la Poudrerie, du Badaffier, de Bir-Hakeim, de Poinsard et des Bécassières. Nous les appelions, à cette époque, non pas quartiers, mais camps. Pratiquement, toutes les familles avaient un de leurs membres qui travaillait à la PNS.

Lire la suite...

L'horloge publique

Les Sorguais se sont toujours montrés admirateurs d'horloges publiques. Que l'on juge : en 1598, Javin construisit une horloge, le traité de construction portait qu'elle sonnerait au moyen d'un marteau frappant sur la grosse cloche de l'église, avec un jaquemart de « fine figure » et que les heures seraient marquées sur un cadran. La commune devait fournir toutes les matières premières, et le tout, confectionné solidement, devait être payé 45 écus (1).

Lire la suite...