Vous êtes ici : Accueil | Guerres et conflits

Chroniques des saisons de disette à Sorgues, 1940-1945

CHRONIQUES DES SAISONS DE DISETTE SORGUES, 1940-1945
par Raymond CHABERT


Lors de son entrée en guerre, la France n'adopta pas le système de rationnement parce que les textes existaient depuis le 11 juillet 1938 : le gouvernement Daladier les avait votés. Ce n'est qu'en mars 1940, après un hiver rigoureux, que ces dispositions légales furent mises en pratique.

Le 11 juillet 1940, Philippe Pétain, par cette formule régalienne « Nous, Maréchal de France, Chef de l'État français.. », le mot République disparu, devenait maître de la nation. Elle se trouvait devant une situation économique catastrophique du fait des pillages des vainqueurs et de la division du territoire national en différentes zones.

Lire la suite...

Albert Roche, 1er soldat de France

Albert, Séverin Roche est né le 5 mars 1895 à Réauville (Drôme). Il était le cadet d'une famille de trois enfants, ses parents étaient exploitants agricoles dans la commune de Réauville.

Lorsque la guerre éclate, il a 19 ans et s'engage. On l'affecte au 30ème bataillon de chasseurs puis, définitivement, au 27ème bataillon alpin. Il se porte volontaire comme agent de liaison. L'un de ses plus hauts faits d'armes et d'astuce marquera la campagne d'Alsace.

Lire la suite...

Itinéraire de Marius Chastel

Nous devons la retranscription ci-dessous au travail minutieux de notre ami André BRUN. Le décryptage des textes était rendu difficile : avec le temps, l'écriture au crayon à mine de plomb s'était un peu effacée, de plus, les signes graphiques étaient minuscules, c'est à l'aide d'une loupe et avec beaucoup de patience qu'il a réussi à retranscrire le document ci-dessous.

________________________________________________

1914

PREMIER CARNET

1914 - Carnet de mémoire acheté le 29 octobre 1914 à Villotte devant St Milhiel.

Lire la suite...

Le camp d'internement de Sorgues : décembre 1944 - décembre1945

A la Libération, l'internement administratif permet d'arrêter des citoyens suspectés de collaboration pour un temps indéterminé, bien qu'ils ne soient juridiquement coupables d'aucune infraction. Le corollaire de l'internement administratif est le camp d'internement ou centre de séjour surveillé, dépendant du ministère de l'Intérieur. Entre août 1944 et décembre 1945, les six départements du Sud-Est ont ainsi compté seize camps, certains éphémères, d'autres ouverts sur une plus longue période. Un seul a été implanté dans le Vaucluse : le camp Poinsard, à Sorgues, entre décembre 1944 à décembre 1945.

Lire la suite...

Sorgues dans la 1ère guerre : la vie quotidienne

Très rapidement, la guerre modifia l'activité économique de la commune. Le projet de construction de deux classes supplémentaires fut abandonné, elles furent terminées en 1934. Tous les instituteurs furent remplacés par des femmes. Dans les premiers mois de la guerre, l'un d'eux, Fernand Lonneud, fut tué. (10) 

Au début des hostilités, les Sorguais allaient lire les communiqués de guerre affichés sous les escaliers de la mairie, mais elle s'éternisait, et les soucis immédiats devenaient de plus en plus nombreux. Des secteurs actifs, les légumes abondamment exportés en Allemagne, ainsi que les papeteries et la soie, furent frappés par l'interruption des exportations.

Lire la suite...