Vous êtes ici : Accueil | comptes-rendus | « Le poids du présent sur la mémoire » : compte-rendu Philo-Sorgues du 10 février 2017

« Le poids du présent sur la mémoire » : compte-rendu Philo-Sorgues du 10 février 2017

En février, dans le cadre des soirées Philo-Sorgues organisées par la Société Littéraire, Pierre Pasquini nous entretenait du poids du présent sur la mémoire.

Bergson a estimé devoir distinguer une « mémoire habitude » résultant d’un apprentissage, d’une « mémoire souvenir ».

L’habitude finit par devenir réflexe : choix d’un itinéraire, acception du vocabulaire, orthographe… et même somatisée. La moindre perturbation extérieure impose un effacement du passé et une mise à jour.

 

La « mémoire souvenir » amène à reconstruire un passé imaginé à partir d’un puzzle de souvenirs individuels ou collectifs. Or il est patent que le recueil de souvenirs et leur mémorisation sont, même involontairement, sélectifs et subjectifs.

D’aucuns ont voulu instaurer un « devoir de mémoire » pour que les catastrophes du passé ne se reproduisent pas : couloirs d’avalanches, zones inondables, génocides…

D’autres, plus sournoisement, ont voulu forger un récit national, allant jusqu’à occulter des faits historiques peu glorieux (Renan). D’où les oppositions entre historiens et pouvoirs publics, les premiers estimant que « la loi ne saurait faire l’histoire ».

Adresse courriel : societe.litteraire.sorgues@wanadoo.fr
Site de Philo-Sorgues : www.philosorgues.fr
tél. : 04.90.39.10.88 / 06.45.95.55.35