Vous êtes ici : Accueil | Personnalités

Deux cheminots dans la résistance

Dès septembre 1939, le gouvernement français, prenant prétexte du pacte germano-soviétique qui assurait la neutralité de l’URSS, mit hors la loi le parti communiste, la CGT et les organisations proches de ces mouvements. Ces formations étaient devenues clandestines avant la déclaration de guerre. Ces interdictions avaient été préparées de longue date. Le 1er juillet 1939, Georges Bonnet, ministre des Affaires étrangères, répondit à de Ribbentrop, ministre nazi des affaires étrangères allemandes, que les communistes seraient mis à la raison.1 En pleine tourmente, alors que la capitulation avait abasourdi la majorité des Français, le parti communiste, pour résister, créait une armature clandestine originale, des cellules de deux ou trois personnes n’ayant souvent aucun lien entre elles. Seul, un militant, agent de liaison, avait des contacts avec ces groupes de base.

Lire la suite...

Brève communication sur la biographie d’Achille du Laurens d’Oiselay

poète-littérateur, né le 25 novembre 1783, décédé en août 1859

Issu d’une famille originaire d’Orange à laquelle le prince Philippe-Guillaume conféra la noblesse en 1614, Achille du Laurens d’Oiselay se familiarisa dès sa jeunesse avec les langues italiennes et espagnoles. Il versifiait avec facilité, donnant des poésies fugitives dans L’Almanach des Muses, traduisit Les nuits Lugubres par le colonel Cadalso (1821)1. Il écrivit son œuvre capitale : Essai sur la vie de Pétrarque qui fut imprimé en 1839 à Avignon. C’était un ouvrage de premier ordre, d’histoire et de critique littéraire, dont beaucoup s’inspirèrent par la suite.

Lire la suite...

Pierre Gavaudan, chercheur au Centre d’Etudes du Bouchet

C’est à l’Ecole vétérinaire que la seconde guerre mondiale le surprend. Il vient alors de découvrir des aspects essentiels relatifs de l’action qu’exerce la colchicine sur les cellules animales et végétales. Son albuminurie, et une lésion mitrale consécutive à une poussée de rhumatisme articulaire aigu, l'ont fait réformer. Il met sa personne et ses connaissances au service de la France en s’engageant comme requis civil durant toute la durée de la guerre, dans un service de recherches de l’Armée installé à la Poudrerie Nationale du Bouchet. Il y occupe les fonctions d’histo-cytologiste dans un laboratoire de prophylaxie, pour faire face à des menaces réelles d’une guerre chimique et bactériologique.

Ce laboratoire est dirigé par le lieutenant-colonel Henri Velu, vétérinaire. La Poudrerie est située principalement sur la commune de Vert-le-Petit, aujourd’hui dans l’Essonne, à 34 km au Sud de Paris. C’est un établissement public très ancien dont l’origine remonte au XVIIème siècle, et où ont travaillé notamment les chimistes Antoine-Laurent de Lavoisier et Claude Berthollet. C'est d'ailleurs là qu'une explosion faillit leur coûter la vie le 27 octobre 1788.

Lire la suite...

L’émancipation et la formation du Conseil de Famille de Jules Rovère, fils du conventionnel, à Sorgues en 1814

Si Rovère n’a pas suscité le grand ouvrage biographique qu’il mériterait, il bénéficie toutefois de travaux partiels de grande qualité qui ne laissent pas trop de zones d’ombre dans la carrière riche de cet homme public. Nous consacrâmes jadis un très modeste article à son achat, en 1778, de la charge de capitaine de la Garde suisse du vice-légat à son titulaire, l’italien Paolo Dolci. A cette occasion, nous nous étions livrés à une analyse critique de la bibliographie de Rovère, complétant ainsi celle fournie par Gérard Walter1. Il nous semble par conséquent inutile aujourd’hui de revenir sur ce point avant d’entrer dans le vif de notre sujet, lequel mérite, à notre sens, attention par son caractère inédit, mais surtout par la curiosité que ne manqueront pas de soulever chez le lecteur les portraits des personnages qui assistent la veuve Rovère, lors de la passation de cet acte solennel.

Lire la suite...

La famille de Pierre Gavaudan : enfance et jeunesse

Dernier survivant de la saga des Gavaudan et héritier de son atavisme, Pierre Gavaudan appartient à une famille qui a sillonné le Sud-est de la France, et dont l’origine remonte au célèbre troubadour du Moyen-Âge Gavaudan le Vieux, qui vivait dans le Velay. Il est entré dans l’univers terrestre et humain le 25 juillet 1905 à Montpellier, dans un milieu où la science côtoie journellement l’art. En effet, son père Alphonse Gavaudan, né le 16 août 1877 à Sorgues, est licencié ès sciences, pharmacien, mais aussi premier violoncelle de l’orchestre philharmonique de Montpellier. « Grandir au contact même de la science et de l’art entraînait chez moi une forme de familiarité précoce avec ces domaines d’activité et paradoxalement il y avait comme une aura de mystère qui les entourait ».

Ses ancêtres comptent de nombreux artistes lyriques qui se sont illustrés brillamment à l’Opéra-Comique de Paris, en particulier Jean-Baptiste Gavaudan (1772-1840) et son épouse Alexandrine - Marie Ducamel (1781-1850), et Jean-Fulcran Bosquier - Gavaudan (1776-1843). Sa mère, Hélène Fominoff, née le 1er janvier 1881 à Tiraspol (aujourd’hui situé en Moldavie), est sage-femme diplômée de l’université d’Odessa. Attirée par le renom de la Faculté de médecine de Montpellier, elle y vient pour parfaire ses études. Ses parents sont artisans pâtissiers et ont une spécialité : les tresses en pâte feuilletée. Alphonse Gavaudan est chef de travaux à la Faculté de pharmacie en chimie et toxicologie et il tient l’officine de son père Jules au 26 rue de la Loge.

Lire la suite...