Vous êtes ici : Accueil | Personnalités

Denis Soulier (1859-1940), Maire de Sorgues de 1920 à 1936

Il est des hommes aventureux, passionnés, philanthropes surtout, qui apportent leur pierre à l'édifice ! Pour la mémoire de Sorgues, quelques lignes afin de tracer le portrait (assez succinct) de l'un d'eux.

Lire la suite...

Auguste Vincent : le précurseur

Auguste Vincent, dit «Tatourlet», est né à Sorgues, quartier du Ronquet, le 15 octobre 1861, de Aymé Vincent, cultivateur, et Victoire Mouret, son épouse, sans profession.


LES ANNÉES DE GLOIRE
Apprenti cuisinier, il se forme sous la direction des maîtres les plus habiles de la capitale. Sa passion pour le métier, ses dispositions particulières pour la cuisine en font rapidement un virtuose.

Lire la suite...

Hommage à Fernand Marin

Hommage à Fernand Marin,

ancien maire de Sorgues, décédé le 7 février 2016


Raymond CHABERT


Les Études Sorguaises apportent un dernier hommage à Fernand Marin qui consacra vingt-quatre ans de sa vie à la prospérité et l'agrandissement de la commune. Également, il fut un ami sincère de l'association.


Fernand Marin, en tant qu'administrateur de la ville, avait largement contribué au dé-veloppement de l'ensemble des équipements sportifs, éducatifs, associatifs, culturels et de santé.

Lire la suite...

Achille Moreau (1860-1921)

L'avenue qui prend naissance à l'angle nord-est de la place de la mairie à Sorgues et se prolonge jusqu'au pont de chemin de fer porte depuis longtemps le nom d'Achille MAUREAU. Beaucoup de Sorguais, dans une ville ayant plus que quadruplé sa population depuis soixante-dix ans, doivent certainement aujourd'hui s'interroger sur le personnage qui bénéficie d'un tel honneur. Ces quelques lignes, écrites à la demande de Monsieur Raymond Chabert, l'animateur dévoué de la revue Etudes Sorguaises, répondront, je l'espère, à leur attente.

Lire la suite...

Le chanoine Grimaud

Le chanoine Grimaud qui exerça son sacerdoce à Sorgues de 1884 à 1909 naquit à Monteux en 1837. Les Sorguais ont conservé de lui le souvenir d'un « chaud lapin ». Ce n'est pas à ce propos qu'il nous intéresse mais celui d'un fervent défenseur de la langue provençale. Il avait créé un genre littéraire, le panégyrique en provençal.

Lire la suite...