Vous êtes ici : Accueil | L'association

31ème édition des Etudes Sorguaises : avant-propos

J'écris avec bonheur l'introduction du trente et unième numéro des Études Sorguaises, car nous accueillons trois nouveaux historiens et un fidèle de nos colonnes.

Ensemble, ils participent à l'élaboration de notre publication.

• Isabelle ROCHE•ZANCHET71, pour un texte très documenté "En 1917, un crime crapuleux entre la Poudrerie Nationale et le château de Fontgaillarde"

• Pierre EYNAUD, évoque ses souvenirs au temps où il travaillait à l'usine « la Gauloise »,

• Jean-Louis REYNET remémore son père, cadre également à « la Gauloise »,

• Et Guy RICHARD nous rappelle l'activité de l'orchestre « Le Marching Band » des élèves de l'école municipale de musique.

Nous n'oublions pas les anciens :

• Claudine MARTINEZ évoque l'histoire du domaine de «La Bretèche », chemin de Brantes, de 1836 à nos jours

• Marceau APAP, pour le temps où il la dirigeait, achève la chronique de la chorale "Amista". Nous souhaitons tous que sa plume ne se tarisse pas avec la fin des annales de l'ensemble vocal.

Nous n'oublions pas madame Manzon, élément essentiel de l'association, qui veille avec rigueur à l'orthographe exacte de nos écrits et de notre syntaxe.

Nous soulignons la participation de Pierre Eynaud, âgé de nonante-deux ans, qui avait signé des articles dans le passé, et qui renoue avec notre brochure. C'est grâce à nos amis conservateurs de notre mémoire collective que nos publications perdurent. Nous les remercions chaleureusement.

Raymond CHABERT

30ème édition des Etudes Sorguaises : éditorial de Monsieur Thierry Lagneau

En 1989, la première publication des Études Sorguaises s'intitulait : « Sorgues au temps de la Révolution ». Qui pouvait alors se douter que dans le monde de l'édition, c'est aussi une petite révolution qui se jouait, avec un nouveau-né dans une société où le web n'existait pas encore, pas plus d'ailleurs que le téléphone portable. En surfant sur la vague de l'histoire, les Études Sorguaises ont tout de suite séduit un lectorat avide de connaissances locales et de références sérieuses et précieuses. Grâce à cette revue que Raymond Chabert et ses amis continuent à porter avec enthousiasme et rigueur, l'histoire de notre commune est revisitée avec talent et une précision d' orfèvre.

Il ne faut pas aller chercher ailleurs les raisons d'une longévité qui doit tout à la passion : passion pour une ville, passion pour son histoire. Le tout, marqué du sceau évident de l'érudition. À l'heure des "fake news" qui envahissent les réseaux sociaux, les Études Sorguaises représentent une formidable bouffée d'authenticité et de véracité qui fait du bien.

Aussi, merci à ses auteurs, merci à tous les bénévoles qui, au cours de toutes ses années passées, ont noirci avec talent les pages d'une revue qui fait toujours référence.

Pour de très nombreuses années encore, comme nous l'espérons tous !

Hommage à Mireille JAMMES

Mireille nous a quittés le 21 novembre 2017.

Sa mort subite nous a surpris et laissés dans une profonde tristesse.

Avec Paul Establet, elle était allée voir la famille Cottet en vue d'un article pour notre brochure n°29. Monsieur Guy Cottet leur avait prêté des photos de son oncle, monsieur Josselme, et il leur avait fait l'historique de la poissonnerie « Au bec fin », enseigne toujours visible au-dessus de l'entrée principale.

Lire la suite...

30ème édition des Etudes Sorguaises : avant-propos


Aujourd'hui, j'écris l'introduction de cette trentième brochure qui servira de préface à tous les articles.

Le sentiment qui m'habite, c'est l'enthousiasme ! Notre association a trente-et-un ans d'existence. Au début, son activité n'a pas toujours été facile, certains imaginaient que l'on pouvait la décourager, la lasser et désintéresser ses membres de son objet, les voir ainsi abandonner... Peine perdue ! Je me suis retrouvé au milieu de la pile de ses écrits, j'ai éprouvé de la tristesse en pensant à tous ces amis disparus, car c'est grâce à eux si les Études Sorguaises rayonnent. Je les cite tous simplement par leur nom pour ne pas monopoliser la brochure :

Pascal Dujardin,

Émilienne,

Corréard, Josep Palau y Fabre, éminent biographe de Picasso,

Jean Tortel poète,

Robert Bézet,

André Simon,

Henri Dubled,

Max Bertrand,

Robert Silve,

René Grosso,

Alain Maureau,

Renée Bouissou,

Émile Cordelli,

André Brun,

Marc Paillon,

Jeanne Roulet,

Huguette Bywalec,

Jean-Louis Champion,

Jean-Pierre Jouffroy,

Olivier de Villèle.

 

Sans leur participation, que seraient devenus tous ces souvenirs, ces travaux si patiemment recueillis ?

Pour ne pas avoir l'air d'écrire un obituaire, je change de registre et j'annonce les titres de chaque article ainsi que les noms des rédacteurs :

• Les débuts de la Seconde Restauration et ses conséquences à Sorgues (1815-1816), par Raymond CHABERT

• Henri Leenhardt (1822-1904), manufacturier et chrétien social, par Raymond CHABERT

• Le cataclysme de la Martinique en 1902, vu de Sorgues, par Raymond CHABERT

• Picasso, Sorgues 1912: L'épopée de « Ma Jolie », peinture murale, par Christine DELOFFRE, à lire absolument.

• La salle Sire, par Raymond CHABERT • Félix Devaux, sculpteur, par Laurent TREBAHC

• Histoire du magasin Lauzent, place de la République, Témoignage de Maryse LAUZENT

• La chorale Amista, quatrième partie de 1995 à 2000, par Marceau APAP

• Paroisse de Sorgues, la communion des garçons nés en 1946

• Hommage à Alain Maureau, par Raymond CHABERT

Désormais, les Études Sorguaises ont largement leur place dans l'étude du temps écoulé. Je dirai même qu'elles sont, après Louis Desvergnes, auteur d'une Histoire de Sorgues en 1929, la plus sérieuse approche de notre passé sorguais.

Raymond CHABERT

Hommage à Olivier de Villèle par Pierre Pasquini

Par Pierre Pasquini, lu lors de la séance du 12 janvier 2018.

C’est la première séance de philo Sorgues de l’année. C’est aussi la première séance sans Olivier de Villèle, le trésorier de l’association. C’est une grande perte, d’abord pour sa famille, à laquelle nous exprimons toute notre affection, mais aussi pour nous tous.

Lire la suite...