Vous êtes ici : Accueil | L'association

Hommage à Olivier de Villèle par Pierre Pasquini

Par Pierre Pasquini, lu lors de la séance du 12 janvier 2018.

C’est la première séance de philo Sorgues de l’année. C’est aussi la première séance sans Olivier de Villèle, le trésorier de l’association. C’est une grande perte, d’abord pour sa famille, à laquelle nous exprimons toute notre affection, mais aussi pour nous tous.

Lire la suite...

32ème anniversaire : discours de M Méra

DISCOURS de M. Adolphe MÉRA Président de la Société


Messieurs,
Vos suffrages, m'ont causé une vive émotion ; je vous renouvelle, du fond du coeur, mes remerciements les plus sincères !... C'est avec bonheur que je continuerai, cette année encore, à m'occuper de vous, de cette société modèle, à laquelle je m'étais attaché par les devoirs que m'imposait mon nouveau titre, et à laquelle je suis irrévocablement lié par la double reconnaissance que je dois à ses membres... L'année passée, Messieurs, à cette même place, je vous ai fait part de mes appréhensions, je redoutais mon inexpérience, mais en même temps je vous donnais l'assurance que mon zèle et mon dévouement ne me céderaient à aucun autre.

Lire la suite...

La société littéraire a 160 ans

Monsieur René Grosso, professeur de la Faculté des Lettres d'Avignon, a bien voulu nous confier une communication sur la Société Littéraire de Sorgues présentée en 1984 à l'Université de Nice et jamais publiée dans le Vaucluse.

Lire la suite...

Jean-Joseph Ducres, instituteur communal au XIXè siècle et fondateur de la Société Littéraire

LE VAUCLUSE UN PAYS DE SAUVAGES  
En Vaucluse sous la Restauration la majorité des habitants, y compris les enfants qui atteindront l'âge adulte dans le dernier quart du XIXème siècle, ne parle par le français (1 et 2). Le Provençal Rhodênien est d'usage général. , - Prosper MERIMEE venant de Vienne (Isère), par bateau à vapeur en une seule étape, s'étonne de la nouveauté du spectacle qui s'offre à lui, en matière de langage, costumes, aspects du Pays, tout lui paraît étrange. Il s'imagine au milieu d'une ville Espagnole (3). On croit aux sorciers, on ne sait pas lire et on ne parle pas Français écrit STENDHAL en 1838, qui ajoute "je comprends tout par le souvenir de l'Italien, mais parler est une autre affaire " (4). C'est un pays de "demi-sauvages"* (5), sans chemin, seule la voie Royale (RN7), pour des raisons stratégiques, est entretenue.

Lire la suite...

A Pascal Dujardin

Pascal nous a quitté brusquement au soir de ce 13 Novembre 1992. Il n'avait que 46 ans. Son départ, en pleine vie, nous a jetés dans la consternation et l'affliction. Au fur et à mesure des jours, nous avons découvert l'immense vide qu'il a laissé dans nos activités associatives et dans nos coeurs.
Né le 14 Avril 1946 à Tourcoing (Nord), nous le vîmes arriver avec son épouse et ses trois enfants en 1981. L'entreprise de meubles en bois brut où il travaillait, lui avait proposé de gérer l'une de leurs succursales, dans la galerie d'Auchan. Pour lui et sa famille se réalisait un rêve de toujours : vivre dans le midi.

Lire la suite...