Vous êtes ici : Accueil | Personnalités

Pierre Gavaudan professeur à la faculté des sciences de Poitiers

Gavaudan demeure à la tête du service de biologie cellulaire des Services chimiques de l'Etat jusqu'à la fin 1949. En effet, il pose sa candidature à la chaire vacante de botanique de la Faculté des sciences de Poitiers. Il est nommé à une voix près ; à sa chaire est rattachée la direction de la Station biologique de Beau-Site, qui existe depuis 1910 ; primitivement située au domaine de Mauroc, elle avait été transférée en 1924 au Faubourg Saint-Cyprien, dans la propriété de Beau-Site.

Lire la suite...

L'émancipation et la formation du Conseil de famille de Jules Rovère, fils du conventionnel, à Sorgues en 1814

Si Rovère n'a pas suscité le grand ouvrage biographique qu'il mériterait, il bénéficie toutefois de travaux partiels de grande qualité qui ne laissent pas trop de zones d'ombre dans la carrière riche de cet homme public. Nous consacrâmes jadis un très modeste article à son achat, en 1778, de la charge de capitaine de la Garde suisse du vice-légat à son titulaire, l'italien Paolo Dolci.

Lire la suite...

Marius Chastel, deuxièmne maire communiste à Sorgues

Marius Chastel naquit le 16 mai 1883 à Vedène. Il avait donc trente et un ans lors de la déclaration de guerre en 1914, il s'était marié avec Marie-Louise Granier le 14 janvier 1905 et il était père de quatre enfants. A l'aide d'un charreton à bras, pour le compte de son beau-frère Masse, il fut d'abord livreur de charbon à Avignon. Il avait quitté l'école de Vedène avec le certificat d'études primaires. C'était un lecteur passionné par l'histoire de France.

Lire la suite...

Louis BOUSCARLE

Sa famille était originaire de Saint Pantaléon, près de Gordes, et lui-même naquit à Avignon, rue des Lices, le trente novembre mil huit cent soixante-treize. Il déclarait volontiers : «je suis comtadin ! »

Lire la suite...

L'activité de Lacuée de Cessac à l'Académie française

A l'Académie française, Lacuée de Cessac aimait surtout présider la commission nommée pour proposer des récompenses qu'elle décernait « aux actes éminents de vertu et, tous les ans, cette douce et noble satisfaction lui était accordée. Ce travail avait pour lui un charme particulier. La découverte d'un acte de vertu modeste était une découverte précieuse pour son coeur et il s'empressait de la proclamer (1) 

Lire la suite...